Retour sur la tragédie de Superga et le mythe du Torino

par • 03/05/2016 • A la une, Serie ACommentaire (1)12747

Il Grande TORINOAprès la Seconde Guerre mondiale, le Torino Calcio, son nom de l’époque, domine le football italien. Le Grande Torino remporte consécutivement quatre championnats nationaux  de 1946 à 1949. Mais ce dernier sacre est endeuillé par la catastrophe de Superga entraînant la mort des joueurs dans un crash d’avion. Retour sur une catastrophe ancrée dans l’Histoire du Calcio.

 

fiat_g-212_i-elce_tragedia_superga

Une photo après le drame. (DR)

Le pire se produit le 4 mai 1949. le Torino rentre de Lisbonne après un match amical contre Benfica. Lors du vol retour, les conditions météorologiques sont exécrables obligeant le commandant de bord à voler à basse altitude. Cependant, l’altimètre de l’avion étant défaillant, le pilote pense alors planer à 2000 mètres d’altitude alors que celui-ci se situe seulement à 600 mètres.  À 17 h 03, l’appareil percute les remparts de la basilique de Superga, monument d’une altitude de 670 mètres qui domine la plaine du Pô à quelques kilomètres de Turin. L’avion qui transporte l’ensemble de l’effectif, les dirigeants, trois journalistes ainsi que l’équipage, s’écrase. Les 31 passagers meurent sur le coup et l’identification des corps est compliquée. C’est Vittorio Pozzo, ex-sélectionneur de la Squadra Azzura, qui a le devoir d’identifier les joueurs. En effet, Pozzo est le plus à même à réaliser cette terrible tâche puisque la sélection italienne se compose essentiellement des joueurs du Torino. Il  ne reste alors qu’un unique joueur de l’équipe-type, Sauro Tomà, qui n’avait pas fait le déplacement pour cause de blessure. La meilleure équipe d’Italie, voire du monde disparaît ainsi lors de cette tragédie. Ce drame provoque un choc en Italie mais émeut dans le monde entier également.

Une solidarité qui s’organise

téléchargement (10)La nouvelle se répand comme une traînée de poudre à Turin notamment auprès de la classe ouvrière soutenant l’équipe rivale de la Juventus. Les clubs du Calcio décident de disputer les dernières journées de championnat en alignant les jeunes afin de jouer dans les mêmes conditions que l’équipe piémontaise. Un mouvement populaire s’empare de la ville, entre 500.000 et un million de personnes selon les chiffres rendent hommage aux victimes lors du convoi funéraire.L’écrivain Dino Buzzati présent à l’enterrement a balancé : “S’il s’agissait de savants ou d’écrivains, personne ne pleurerait…”. De son côté le fils de Franco Ossola, joueur décédé lors du crash, a raconté la scène aux micros de Canal+ il y a quelques années : « Les gens ont commencé à se rassembler en groupes, se sont mis à pleurer, à s’enlacer. Le Torino représentait le sport de toute l’Italie. C’était le symbole d’une Italie qui sortait meurtrie par la guerre ». Un élan de solidarité se met en place à l’international notamment en Amérique du Sud où les Argentins de River Plate organisent des matchs amicaux dont les bénéfices sont reversés au club turinois. Dans l’Hexagone, le football français pleure ses anciens pensionnaires : Emile Bongiorni ex-avant centre du RC Paris et Roger Grava, passé par le CO Roubaix- Tourcoing. Ainsi, lors de la finale de la Coupe de France opposant le RC Paris face à Lille, les joueurs honorent la mémoire des défunts.

Commémoration à Turin

Arrivée des joueurs du Torino à la basilique de Superga

Arrivée des joueurs du Torino à la basilique de Superga. (DR)

L’émotion suscitée par le drame de Superga est telle que de nombreuses initiatives sont menées pour rendre hommage aux joueurs décédés. Le “Musée du grand Torino et de la légende Granata” est crée, retraçant l’histoire de cette grande équipe qui a dominé le football italien et rendant également hommage aux morts de Superga. Ce drame est gravé dans l’histoire et le Toro n’a pas oublié, commémorant chaque année l’anniversaire de la tragédie. Les tifosi  granata se recueillent d’ailleurs tous les 4 mai devant la basilique de Superga et les joueurs se rendent aussi sur place comme ce fut le cas l’année dernière. En 2009, pour la 60ème commémoration de la tragédie, Alessandro Rosina (capitaine de l’équipe à ce moment-là) a scandé le nom des héros de Superga dont les photos étaient diffusés sur un écran géant et une minute de silence fut respectée au stade Olimpico de Turin. À noter également une référence au drame dans le derby della Mole au goût douteux. L’année dernière, la Juventus a écopé d’une amende de 10.000 euros pour une banderole déployée par les tifosi bianconeri  «Nous sommes la fierté et la gloire de Turin. Vous, vous vous écrasez» en référence à Superga.

Le 6 mai 1949 le Torino a été proclamé champion d’Italie, un sacre à titre posthume. L’équipe turinoise est entrée dans l’histoire transalpine tant pour ses cinq titres consécutifs que pour le drame de Superga. Depuis la catastrophe, le club a eu du mal à se reconstruire et il a fallu attendre la saison de 1975 pour voir les Granata remporter une nouvelle fois le Scudetto. 77 ans après, le Stadio Olimpico a été rebaptisé “Grande Torino” il y a quelques jours. Une manière supplémentaire de ne jamais oublier.

La liste des 31 victimes de la tragédie de Superga :

Joueurs: Valerio Bacigalupo, Aldo Ballarin, Dino Ballarin, Émile Bongiorni, Eusebio Castigliano, Rubens Fadini,  Guglielmo Gabetto, Roger Grava, Giuseppe Grezar, Ezio Loik, Virgilio Maroso, Danilo Martelli, Valentino Mazzola, Romeo Menti, Piero Operto, Franco Ossola, Mario Rigamonti, Giulio Schubert,

Employés du club:  Arnaldo Agnisetta, Ippolito Civalleri, Egri Erbstein, Ottavio Corina, Andrea Bonaiuti, Leslie Lievesley

Équipage: Pierluigi Meroni, Antonio Pangrazi, Celestino D’Inca, Cesare Biancardi

Journalistes: Renato Casalbore, Luigi Cavallero, Renato Tosatti

Pin It

articles similaires

One Response to Retour sur la tragédie de Superga et le mythe du Torino

  1. Arnaudin dit :

    BONJOUR je cherche une photo de l’équipe du Torino fc de 1957-58

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

UA-29216551-1