Top 10 : les tifos du week-end

par • 14/02/2017 • A la une, Top 10 des tifosCommentaire (0)1518

3 Vitoria sport club 0-2 FC Porto 1

En ce jour de Saint-Valentin, La Grinta rend hommage aux supporters qui déclarent leur flamme à leur club. On rappelle que ce Top 10 est établi d’après les critères suivants : l’originalité, la créativité, la complexité et la qualité des chorégraphies.

10. Al Quwa al Jawiya 1-1 Al Zawra’a

11 Al Quwa al Jawiya 1-1 Al Zawra'a 1 11 Al Quwa al Jawiya 1-1 Al Zawra'a 2 11 Al Quwa al Jawiya 1-1 Al Zawra'a 3

On commence ce Top 10 dans un immense bordel, en prenant la direction de l’Irak pour le derby de Bagdad. Si la capacité du stade Al-Shaab est limitée à 35 000 personnes, ce n’est pas moins de 65 000 spectateurs qui se dirigent vers l’enceinte en chantant « la guerre ne tuera jamais le football », et qui s’entassent dans les gradins, mais pas que. Les supporters sont partout, sur les grilles, sur le bord du terrain, partout. Au milieu de ce bazar, un tifo qui vaut le détour du côté des Ultras The Kings, groupe de supporters de Al Zawra’a : à l’aide de son mégaphone, un capo ordonne aux joueurs de Al Quwa al Jawiya de rentrer  à l’infirmerie.

9. FC Nuremberg 1-1 Eintracht Brunswick

9 FC Nuremberg 1-1 Eintracht Brunswick

Lors du match face au club de Brunswick, les Ultras Nürnberg ont tenu à rendre hommage à leurs IDS en affichant une immense banderole « Sektion Stadionverbot » (Section Interdit de Stade) dans la Nordkurve, une mention que l’on voit fleurir régulièrement dans les stades allemands. Elle est accompagnée par des petits drapeaux noirs et rouges portant le logo du FC Nuremberg.

8. Brescia 1-1 Pise

9 BRESCIA 1-1 Pisa

Les tifosi de Brescia ont profité de la réception de Pise pour arborer la fierté de leur ville : la Leonessa d’Italia, soit la « Lionne d’Italie ». La ville est surnommée ainsi depuis le Risorgimento, période du XIXe siècle qui a vu l’unification de l’Italie. En 1849, les habitants de la ville amorcent un mouvement de révolte contre l’oppression autrichienne nommé « les dix jours de Brescia ». Le surnom de la ville, qui portait la figure du lion dans son héraldique, renvoie au courage et à la résistance des Bresciani.

7. Widad Adabi Boufarik 1-1 JS Skikda

7 Widad Adabi Boufarik 1-1 JS Skikda

Le WAB reçoit Skikda. À cette occasion, les supporters Widadi récupèrent la figure de Hulk pour signifier qu’ils supportent leur équipe de toutes leurs forces. Sur son torse, le héros de Marvel laisse entrevoir le logo historique du club de Boufarik. La phrase « Nous vous défendons avec tout (sic) nos forces » complète l’animation.

6. Ternana 0-1 Pérouse

6 Ternana 0-1 Pérouse 6 Ternana 0-1 Pérouse 2

Direction l’Ombrie, en Italie, pour le “derby dell’Umbria” entre Ternana et Pérouse. Une bonne raison pour les locaux d’afficher leurs couleurs rossoverde. Du côté de la Curva Nord, on déploie quatre voiles pour former la date 1925, année de création du club de Ternana. Dans la Curva Est, encadré par des bandes rouges, vertes et jaunes à la mode argentine, un voile représente le symbole de la ville de Terni, un dragon nommé Thyrus qui terrorisait la région avant qu’un jeune garçon ne réussisse à le vaincre et récupérer les terres pour y fonder la ville. Le dragon doré est entouré des mots « UNICO AMORE ». Les supporters ne sont pas récompensés, c’est Pérouse qui sort vainqueur de ce derby de Serie B.

5. FK Austria Vienne 1-1 SK Rapid Vienne

5 FK Austria Wien 1-1 SK Rapid Wien 5 FK Austria Wien 1-1 SK Rapid Wien 2 5 FK Austria Wien 1-1 SK Rapid Wien 3

Jour de derby à Vienne, avec la 320e rencontre entre l’Austria et le Rapid. Un match qui se joue devant 15000 spectateurs dont 4000 fans du Rapid, avec des tifos et de la pyrotechnie dans les deux camps. Côté Austria, les Fanatics 2001 lèvent des voiles comptant chacun une lettre pour écrire « SOLO VIOLA ». Sur la grille, une bâche qui signifie « La tension monte, je ne peux plus la contenir, pour les Violets nous allons donner le maximum ». Côté Rapid, le parcage lève des feuilles de couleurs : au milieu, des feuilles rouges et blanches pour la ville de Vienne, complétées par l’héraldique de la ville (croix blanche sur fond rouge), et des feuilles vertes et blanches pour le Rapid. L’animation est accompagnée d’une banderole « toute la capitale chante Rapid ». À noter, des accrochages avant le match, des fans du Rapid cherchant à traverser les gradins pour tenter de voler des bâches de l’Austria. Sur le terrain, un partout balle au centre.

 

5 FK Austria Wien 1-1 SK Rapid Wien 4

4. PEC Zwolle 2-0 NEC Nijmegen

4 PEC Zwolle 2-0 NEC Nijmegen

Pour fêter son 5e anniversaire, le groupe Far East Ultras de Zwolle a décidé de mettre en avant tous les éléments qui définissent sa culture. Le tifo se décompose en 7 petits voiles qui descendent du toit à la grille. Sur celui du milieu, on voit tout simplement le logo du FEU. Pour les six autres, chacun contient une lettre, l’ensemble composant le mot « ULTRAS ». Sur le voile U, un supporter tenant un fumigène. Sur le voile L, une pinte et une bouteille de bière. Sur le voile T, un pot de peinture et un pinceau. Sur le voile R, un ballon à l’ancienne. Sur le voile A, le Peperbus (la poivrière), la tour de la Basilique Notre-Dame et symbole de la ville de Zwolle. Et sur le voile S, une paire d’Adidas.

 

3. Sankt Pauli 2-0 Dynamo Dresde

2 St Pauli 2-0 Dynamo Dresden

Les Ultras de Sankt Pauli restent fidèles à leur engagement politique et assument encore une fois leurs idées. Les fans déploient deux grands voiles aux couleurs du club hambourgeois (marron, blanc, rouge), et lèvent des étendards-lettres qui composent le mot « klassenkampf », soit « lutte des classes ».

2. Vitoria Sport Club 0-2 FC Porto

3 Vitoria sport club 0-2 FC Porto 1 3 Vitoria sport club 0-2 FC Porto 3

À l’occasion de la réception du FC Porto, les Suspeitos do Costume et White Angels ont voulu rappeler les origines médiévales de Guimarães, considérée comme le berceau du Portugal et première capitale du royaume. Sur la partie haute de l’animation, un voile dédié à la ville qui tombe du toit réalisé par les Suspeitos do Costume. Au centre, on voit une reproduction de la statue d’Afonso Henriques, comte puis premier roi du Portugal. À gauche, le stade D. Afonso Henriques, et à droite, le Château de Guimarães. Le tout est accompagné de la phrase latine « Ad vos homines qui venistis populare in Vimaranes et ad illos qui ibi habitare volerint ». Il s’agit des premiers mots de la charte du Comte Henry de Bourgogne, père d’Afonso Henriques, adressée aux habitants de Guimarães en 1096 : « À vous, les hommes qui êtes venus peupler Guimarães et à ceux qui y voudront habiter… ». Sur la partie basse du tifo, un autre voile est déployé. Celui-ci est dédié au groupe. On distingue les logos des WA et du club, ainsi que la bâche « Ultras 99 ». Le reste du voile est occupé par des personnages encapuchés aux allures médiévales, considérés comme les protecteurs du Roi.

1. Wuppertaler SV 5-1 Fortuna Düsseldorf II

1 Wuppertaler SV 5-1 Fortuna Düsseldorf II 1 1 Wuppertaler SV 5-1 Fortuna Düsseldorf II 2 1 Wuppertaler SV 5-1 Fortuna Düsseldorf II 3 1 Wuppertaler SV 5-1 Fortuna Düsseldorf II 4 1 Wuppertaler SV 5-1 Fortuna Düsseldorf II 5

On termine ce Top 10 avec les Ultras Wuppertal qui célébraient leur 15e anniversaire. Pour cela, les supporters du Wuppertaler Sportverein déploient sur la Horst-Szymaniak-Tribüne un grand voile divisé en 4 parties. On y trouve des logos des ultras, un vieux blason du club et l’année 2001 pour marquer la naissance du groupe. Sur la grille en bas de la tribune, les mots « 15 Jahre » (pour « 15 ans ») et « Ultra Wahn », ainsi que le train suspendu de Wuppertal. Derrière les fenêtres de ce dernier, on distingue les logos de Fenerbahçe et Young Boys Bern, en référence aux deux amitiés du groupe, et le visage d’un ultra décédé. Sur la grille du haut, la phrase « komm spring’ mit auf uns’re bahn », que l’on peut traduire par « Allez, monte avec nous dans notre train ». Lors de l’entrée des joueurs, les UW craquent des pots de fumée aux couleurs du club en bas de la tribune et à travers les fenêtres du train. En deuxième mi-temps, un second voile est levé sur la tribune, où l’on peut voir le logo des 15 ans, et une bâche en polyane sur la grille où est écrite la devise « Bergisch. Brutal. Asozial. ». Le tout est accompagné par un craquage de fumigènes et des feux d’artifice.

1 Wuppertaler SV 5-1 Fortuna Düsseldorf II 6 1 Wuppertaler SV 5-1 Fortuna Düsseldorf II 7 1 Wuppertaler SV 5-1 Fortuna Düsseldorf II 8

Avec Thomas Boraca.

Nous réceptionnons vos photos uniquement à cette adresse : top10destifos@lagrinta.fr.

Retrouvez la Tribune des Supporters chaque jeudi sur butfootballclub.fr

Pin It

articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

UA-29216551-1