Top 10 : les tifos du week-end

par • 16/05/2017 • A la une, Top 10 des tifosCommentaire (0)1109

Un Top 10 majestueux cette semaine. On s’est creusés les méninges et on a pas mal débattu pour y arriver.  Rappelons les critères : originalité, créativité, complexité et qualité des chorégraphies. Pas de chauvisme, donc : cette semaine, les groupes de supporters français ont été au top. Enjoy.

 

11. Dijon 2-0 Nancy

Une belle voile pour un petit groupe et un top 11 mention spéciale pour le jeune groupe de supporters de Dijon des Lingon’s Boys qui a bien bossé sur cette bâche célébrant ses 5 ans d’existence. On reverra ce barbu icône de leur groupe à l’avenir.

10. CS Sfaxien 1-0 Mbabane Swallows

Pour la première journée de la phase des groupes de la Coupe de la Confédération africaine de football (CAF), on est gâtés en tribune et on n’a pas fini de se régaler. Ce voile déployé par les Tunisiens du CS Sfaxien contre Mbabane Swallows du Swaziland reprend l’affiche du  film oscarisé “Braveheart” sur un dégradé de bleu. Le message est clair : les hommes ne sont pas guidés par les titres, mais par le courage. Ou comment louer la persévérance plutôt que les récompenses.

9. Nîmes 3-1 AC Ajaccio



Même si c’est tendu, Nîmes croit toujours en ses espoirs de montée en Ligue 1. Ce serait un beau cadeau pour les 80 ans du club, dignement fêtés par les Gladiators Nîmes par l’intermédiaire notamment d’un tifo feuilles.

8. Vitesse 3-0 Roda

Aux Pays-Bas, les supporters du Vitesse Arnhem célèbrent les 125 ans de leur club avec deux voiles aux couleurs de leur identité. L’écusson du club reprend l’aigle dédoublé symétriquement de la ville de Arnhem. Le premier voile est efficace : 125 ans Vitesse. Déployé sur toute la longueur de la tribune, le second est une composition qui joue avec les volumes et les perspectives. On part d’un ballon de foot stylisé et de visages de joueurs, pour passer aux aigles symboliques du club et de la ville, puis une représentation illusionniste des immeubles de la cité néerlandaise. Original.

 

 

 

7. FCGB 1-1 OM

À Bordeaux, les Ultramarines accueillent Marseille avec une tribune diversifiée bien fichue aux allures punk. En haut une bâche “Ultras”, en bas des drapeaux et fumigènes qui mettent un beau bordel dans l’air. La banderole reprend la typographie représentative et le vocabulaire du groupe mythique de punk français antifa Bérurier Noir (“carnaval des agités”). Cette choré est l’illustration parfaite de la “passion agitée” annoncée en sous-titre. On aime.

 

6. Montpellier 1-3 Lyon

Au stade de la Mosson, l’énergie des supporters du club pailladin comble largement la désertion des spectateurs en tribune. Pour ses 25 ans, la Butte Paillade déchire. Des banderoles avec de longs textes, reprenant les paroles du titre “Processus” de Sniper. Peu de fioritures, mais des éléments graphiques. Aux magnifiques couleurs du MHSC s’ajoutent quelques icônes :  le taureau typique de la région, bien motivé avec la fumée qui sort des naseaux, la tête de mort, et le pirate à l’oeil borgne. C’est la deuxième représentation d’un homme borgne ce mois-ci dans le top 10, comme une symbolique de combat. Un “Montpellier”, et un hommage aux disparus du groupe.

Ça bouge aussi en face à la Mosson. Les Camarga Unitat fêtent leurs 5 ans avec étendards, drapeaux, craquage, et une banderole comme un proverbe : “Cinq années d’hystérie, la Paillade pour la vie !”. Il y a 5 ans Montpellier était champion. Les spectateurs partent, les supporters restent, font la fête et propulsent Montpellier au Top 6.

 

5. Newell’s Old Boys 1-3 Rosario Central

Le clásico rosarino en Argentine oppose les deux clubs de la ville de Rosario, évidemment rivaux de longue date. Forcément, ça taille en tribune. Du côté de la popular les supporters déploient des portraits de Messi et Maradona (réalisés dans une villa – un bidonville –  à Rosario et reproduits pour le tifo) avec la mention : “Jamais tu ne les auras”. Le franco-argentin Trezeguet ou le joueur Heinze qui évolua à Paris et à Marseille sont aussi passés par là. Sur la latérale, l’inscription “pionniers” rappelle que Newell’s est le premier club de la ville, avec la date de création en dessous. Battle gagnée haut la main.

4. Copenhague 1-0 Brondby

La New Firm scandinave oppose Copenhague au club rival de Brondby. Mais pour les supporters de Copenhague, c’est surtout un titre de plus. Les portraits des joueurs ayant été capitaine l’année du titre sont déployés en mode vignettes Panini. Clin d’oeil sympa aux autocollants qui ont participé à la glorification des joueurs et accompagné nos années de ferveur. 11 portraits sont déployés un par un. Le 12è, grisé, pourrait être le supporter mais c’est finalement Mathias “Zanka” qui apparaît en “carte or”, pour célébrer le titre 2017. La banderole “encore une autre pour compléter” achève de célébrer ce titre.

 

 

3. Rijeka 2-0 Hadjuk Split

Pour les 30 ans le l’Armada Rijeka, en Croatie les supporters font de la poésie sur les banderoles dans un triptyque évolutif : “30 ans, Rijeka dans les veines, la Croatie dans la poitrine”, “30 ans, fidélité dans les couleurs, force dans la voix”, “30 ans, de l’éclat dans les yeux, du feu dans les cœurs”. Un tifo composé de 3 vers (tercet), 12 syllabes (alexandrin) et des rimes : les supporters écrivent une ode à leur équipe dans la plus classique des traditions poétiques. La passion vient des tripes, du corps, la ferveur est personnifiée. La célébration des 30 ans a commencé quelques jours avant le match, dans le stade et dans la ville, avec un show impressionnant de pyrotechnie.

2. Schalke 04 1-1 Hambourg SV

C’est rien de le dire, les supporters de Schalke 04 ont pas fait les choses à moitié. Pour célébrer les 20 ans de la victoire de 1997, le plus grand succès du club, voilà un tifo monumental d’un coût de 120.000 euros à la charge des supporters. Si c’est pas de l’amour, ça. Comme une bande dessinée géante qui s’inscrit dans le stade, 7 banderoles énormes montrent les différentes étapes du tournoi, autour d’une Coupe et de 60.000 petits drapeaux. La réalisation se passe de commentaire.

1. ASSE 0-5 PSG

On ne parlera pas du match parce qu’au final, on s’en fout. Les supporters stéphanois ont encore frappé nous laissant tous chaos. Pour fêter leur 25 ans, les Green Angels font péter un tifo anthologique. Tel un roman fleuve, les GA font défiler 25 ans d’histoire commune rassemblée sous trois thématiques. Elles sont annoncées dans une banderole : les amis, les amours, les emmerdes. Ou comment voir l’expérience du supporter en trois facettes, bonnes ou mauvaises. Autour d’un trapèze central, les voiles changent, avec des détails supers nombreux évoquant tous un épisode de l’histoire des Green. Ils reviennent sur les amitiés nouées, les factions du groupe mais aussi les problèmes avec la justice dont les ultras font les frais depuis quelques années. Une énorme bâche montre un supporter et sa relève entrain de créer une bâche, suivi des dates du groupe. On contemple, et on se tait.

Avec Thomas Boraca et l’équipe

Retrouvez chaque jeudi la Tribune Supporters chez nos partenaires de But Football Club !

Pour l’envoi d’éléments, merci de privilégier top10destifos@lagrinta.fr

Pin It

articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

UA-29216551-1