Top 10 : les tifos du week-end

par • 31/10/2017 • A la une, Top 10 des tifosCommentaire (0)770

Chez vous comme chez nous, le Top 10 a le mérite d’éveiller les critiques. Les critères du classement ont beau être l’originalité, la créativité, la complexité et la qualité, ils laissent malgré tout la place à la subjectivité. Et vous, vous en pensez quoi cette semaine ?

10. FK Sarajevo 5-0 NK Čelik

 

Les supporters de Sarajevo donnent le ton de ce Top 10 sous l’oeil malveillant d’Halloween, la fête des morts. Dans le noir total, la Horde Zla fête ses 30 ans. Le tifo à feuilles est sobre, mais les pyros relèvent du grand spectacle de lumières.  La Horde Zla nous montre qu’il est ingénieux d’aller au-delà du stade et d’utiliser le ciel et la nuit sombre dans les chorés.

 

9. Austria Salzbourg 0-0 Bürmoos

 

Les ultras du SV Austria, club de la ferveur supporter né en 2005, ont un style désormais propre à eux : bâche monumentale qu’ils exploitent sur la longueur de leur tribune et une couleur qui les distingue largement des autres. Rappelons que les supporters refondent le SV Austria Salzbourg devenu Red Bull Salzbourg après son rachat par Red Bull. Un stade de 1600 places animé par des tifos de folie et des passages dans le Top 10, des acharnés qui propulsent leur équipe de 5 divisions en peu de saisons. “Ne pas se rendre” : les supporters ne lâchent jamais.

8. Lyon 2-0 Lille

Un air de déjà-vu pour ce tifo sans nuance sur fond de bleu blanc rouge pour les 30 ans des Bad Gones. Reste que la réalisation est imposante, efficace, et que ça tourne sur le web. À croire que les Bad Gones sont dans leur période noir et blanc et qu’ils la déclineront toute l’année. Vu de loin, le tifo sonne même un rien provocateur pour la tribune d’en face. Not bad.

 

7. CS Constantine U21 5-0 Olympique de Médéa U21

Un tifo à feuilles pop dans l’angle du stade du 17 juin, pour un tifo qui lui est dédié. Parmi les couleurs du CS Constantine on reconnait le clown diabolique du film Ça tiré du livre de Stephen King, dont la nouvelle version passe actuellement en salles. Le haut de son visage est composé de feuilles, quand son sourire flippant intègre la banderole qui cite une célèbre réplique du film : “Vous allez flotter ici”.  Flippant et jouissif.

 

6. Bayer Leverkusen 2-1 Cologne

Leverkusen sait accueillir, surtout quand il s’agit des rivaux de Cologne. Le bouc, mascotte du club de Cologne, remplace le fantôme dans le célèbre logo du film Ghostbusters 2. La métaphore est claire et filée jusqu’au bout du tifo avec des voiles représentant la voiture et l’appareil attrape-bouc : ça veut chasser du bouc du côté de Leverkusen. Au cas où on en doutait, la banderole supérieure “vous cherchez des casseurs de boucs, nous sommes de retour” met définitivement les choses au clair.

 

5. PSG 2-0 OGC Nice

Les K-Soce ont dû puiser l’énergie débordante de ce tifo dans les années de galère. Ils fêtent leur 10 ans en Virage Auteuil et ça fait plaisir à voir. Grosse diversité pour cette choré en plusieurs temps qui mêle gestuelle avec écharpes, chants, grosse caisse, craquage de fumigènes, dont un prend place dans l’œil du voile central. On voit que les mecs se font plaisir. Bâche, étendard en tout genre, banderole, drapeaux, en entrant dans le détail les messages fusent dans tous les sens. “Ultras contre vents et marées”, “LPA libres et insoumis”, le soft “Coucou Leproux”… à noter la bâche des Ultras Napoli’72 qui vient confirmer le jumelage déjà évoqué en mai et celles des ultras de la Juve Stabia, équipe également proche de Naples.

 

4. Polonia Varsovie 1-1 Widzew Łódź

Encore un tifo qui fait frissonner, des Ultras Enigma. Un visage cagoulé sort de l’ombre grâce à un gros travail de nuances de gris sur le voile. Son regard est perçant et “possédé par la magie noire”, clin d’oeil au surnom du club. Les supporters polonais continuent de nous ensorceler avec des papelitos, tifos à feuilles, drapeaux, craquage massif de fumigènes en tribune latérale.

3. Zenit Saint-Pétersbourg 0-3 Lokomotiv Moscou

Le Zenith Saint-Pétersbourg célèbre avec brio les origines du football russe. Le style traditionnel et réaliste détonne dans le stade : on aime ou pas mais niveau réalisation, rien à redire. La perspective et les ombres sont si parfaites qu’on croirait un dessin réalisé au fusain. Sur le portrait, Georges Duperron, d’origine française, est “le père du football russe”. La fresque représente le tout premier match de football russe, le 12 octobre 1897 sur “l’île Vasilievski”. Il oppose le « Cercle sportif de Saint-Pétersbourg » au « Cercle des amateurs de Sport ». Des ultras qui réalisent un travail d’orfèvre.

 

 

2. Lech Poznan 1-1 Wisla Krakow

Les photographies ne rendent pas grâce à ce tifo polonais. Gestuelle, chants, mouvement des drapeaux, jeu de pyros bien placé…  les ultras du Lech Poznan nous font la totale. Côté voile, leur joker est plus flippant que jamais à la couleur de l’équipe. Des banderoles soignées jusqu’au pré-découpage autour des lettres saluent le lien indissoluble entre supporters et club : “Le rythme des tribunes propulsent le club”, “Amour toujours, amitié qui perdure, on aime ce club, on ne le trahit pas”. La couronne de lauriers à la mode Fred Perry entoure le chiffre 15 qui vient célébrer l’anniversaire du groupe e-Lech 02. Deux ultras cagoulés se checkent la main, saluant la passion commune et le travail accompli.

 

 

1. AC Milan  0-2 Juventus


Il fallait bien une citrouille pour Halloween, mais quelle originalité dans la mise en scène ! La Curva Sud de l’AC Milan propose une fresque cauchemardesque inspirée et précise témoignant d’une grande maîtrise. Le paysage noir et blanc autour de la citrouille donne de la profondeur au cadre : les pierres tombales représentent chaque défaite européenne de l’adversaire dont celle contre l’AC Milan. Au centre, la sépulture “Manchester” rappelle la douloureuse défaite en finale de la Ligue des Champions à Manchester en 2003. La banderole noire réhaussée de orange enfonce le clou : “La Coupe, le rêve et le grand cauchemar”. Des voiles rouge tombent de la tribune haute pour représenter le sang. Les supporters de Milan exploitent les codes tifos et les détournent à leur avantage pour créer un cadre machiavélique à souhait. Sans oublier de rappeler un fameux slogan juventino à travers une banderole qui fait mal : “Vaincre est l’unique chose qui compte”.

 

Avec Thomas Boraca

Retrouvez chaque jeudi la Tribune Supporters chez notre partenaire But Football Club.

Merci d’envoyer photos et vidéos uniquement à cette adresse : top10destifos@lagrinta.fr !

Pin It

articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

UA-29216551-1